Isabelle Falconnier, déléguée à la politique du livre de Lausanne, et l’auteur Etienne Barilier © Sandra Hildebrandt